RÉALISATION DU 1ER PROJET D'EXTRACTION ET D'EXPORTATION DU BIOÉTHANOL

Un contrat de réalisation du projet de culture de la canne pour l'extraction et l'exportation du Bioéthanol a été signé, vendredi, à Tunis, entre le ministre du développement et de la coopération internationale et la Gérante de la société mixte tuniso-italienne ICL-Tunisie.

Ce projet consiste en la culture de la canne sur 12.500 hectares de terrains marginaux, soit de salinité élevée et non adaptés à l'agriculture, via leur location à l'Etat ou à des privés, en utilisant près de 30 millions m3 d'eaux usées traitées provenant des stations d'épuration de l'ONAS (office national de l'assainissement) et des eaux de drainage des oasis.

L'objectif est d'extraire et de transformer la biomasse cellulosique en Bioéthanol (biocarburant) via la mise en place d'une distillerie.

Doté d'un investissement d'une valeur de 200 millions d'euros, le projet permet la production de 100 mille tonnes/an de Bioéthanol destinées à l'exportation et permettant la création de 4000 postes d'emploi, notamment dans les zones de l'intérieur.

Il s'agit d'employer 450 cadres (ingénieurs, techniciens supérieurs et autres…, de créer respectivement 1000 postes directs et 1500 postes saisonniers dans la culture des champs (10 mois/an), 500 postes dans les domaines de la logistique et du service et 500 postes pour la construction de la distillerie.

Le promoteur a déjà identifié la zone de Metbassta (gouvernorat de Kairouan) pour le démarrage du projet sur 2000 hectares avant l'identification d'autres terrains avec l'aide de l'administration tunisienne

Le projet prévoit en outre la mise en place d'un système de récupération des émissions du CO2 et de soutenabilité du biocarburant.

Le ministre du développement et de la coopération internationale Yassine Ibrahim a mis l'accent sur l'orientation vers l'accélération de la réalisation des méga- projets bloqués depuis la Révolution, faisant savoir que ce projet de culture de la canne pour l'extraction et l'exportation du Bioéthanol a été présenté en 2012.

Et d'ajouter que ce projet s'inscrit dans le cadre des priorités du gouvernement, à savoir la mise en place de l'économie verte et la création  d'emplois. 

Artisanat: LE TUNISIAN AMERICAN ENTERPRISE FUND (TAEF) ANNONCE SON SOUTIEN À L’ARTISANAT TUNISIEN

La société Bachmara et le Tunisian American Enterprise Fund (TAEF) ont signé un protocole d’investissement et d’accompagnement pour une valeur de 260.000 Dollars américains. L’intervention du Tunisian American Enterprise Fund (TAEF) s’est concrétisée à travers le financement du plan de développement de la société Bachmara (société artisanale) caractérisé par une augmentation de sa capacité de production pour satisfaire les commandes des clients, notamment à l’international, ainsi que la mise en œuvre de son plan d’action marketing et la mise à niveau de l’environnement du travail de la société.

Se focalisant directement et en priorité sur les petites et moyennes entreprises et en soutenant par ailleurs les institutions financières de la place (fonds d’investissement, institutions de microfinance…), le TAEF, actuellement doté d’une contribution de l’Etat américain de 60 millions de dollars, vise à renforcer leurs perspectives de croissance tout en axant sur des facteurs sociaux de développement inclusifs : les femmes, les jeunes et les régions de l’intérieur en Tunisie L’objectif du fonds est d’aider les entreprises tunisiennes, notamment celles qui n’ont pas trouvé de réponse à leurs besoins en financement par les moyens classiques, à trouver une solution.

Et également de favoriser la création d’emplois, en particulier dans les régions intérieures, en créant un impact positif. Pour information, le TAEF a déjà financé et accompagné plusieurs entreprises tunisiennes dans des secteurs d’activités diversifiées (Nouvelle technologie, Textile, Agri business,..) qui pour une raison ou pour une autre n’ont pas pu accéder au circuit de financement classique, et ce, malgré un excellent potentiel de croissance. Le protocole de financement et d’accompagnement de la société Bachmara s’étalera sur une période de six années. La société Bachmara et le Tunisian American Enterprise Fund (TAEF) ont défini ensemble le plan d’affaires et la croissance de l’entreprise pendant cette période ainsi que sa stratégie pour atteindre de nouveaux marchés et monter en gamme.

Source :leconomiste.maghrebin